Vous allez chasser le chamois ou, mieux encore, vous pouvez profiter d’un territoire de montagne où plusieurs espèces d’ongulés cohabitent. Parmi de nombreuses contraintes relatives aux armes, cette chasse pose avec acuité la question du choix de la lunette.

Exos web

Compacte et légère l’Exos 1-8×24 de Schmidt et Bender convient parfaitement à tous les modes de chasse…

 

Zeiss_V8 web

Zeiss_V8… comme la V8 1,1-8×30 de Zeiss.

 

Avant de parler de la qualité optique des lunettes, il convient tout d’abord de s’intéresser au type de territoire sur lequel on va chasser. Le choix n’est en effet pas le même selon que l’on va opérer en milieu semi-boisé ou en territoire complètement ouvert. Dans le premier cas, il est rare que le tir intervienne au-delà de cent cinquante mètres car le couvert va toujours plus ou moins gêner la visée. Une lunette à grossissement variable compris entre 1,5 et 6 fois reste dans ce cas le meilleur choix, d’autant plus que ce type d’optique est également parfait pour la chasse en battue. Quant à l’objectif, la majorité des fabricants proposent un diamètre de quarante-deux millimètres, option qui permet d’atteindre un degré de luminosité optimum pour ce type de lunette. Cependant, au grossissement maximum, avec un diamètre de sortie de pupille de sept millimètres, soit quarante-deux divisé par six, ce type de lunette n’est pas forcément compatible avec toutes les tranches d’âge de chasseurs (voir encadré «La pupille et l’âge»). Cet exemple montre que plus le diamètre de l’objectif est important, plus la luminosité est bonne. Par contre, à grossissement égal, le diamètre de sortie de la pupille augmente avec celui de l’objectif. Ce qui ne convient pas forcément à l’utilisateur d’un certain âge. C’est donc une affaire de compromis dans lequel le poids de l’optique intervient également, car plus l’objectif est grand, plus la lunette est lourde.

Battue et chasse en montagne

Le choix de la lunette devient différent si l’on chasse en milieu totalement ouvert. En effet, quand le regard peut porter jusqu’à trois cents mètres et plus, un grossissement plus important peut se révéler nécessaire. Cependant, il faut bien garder à l’esprit deux paramètres. Dans un premier temps, la stabilité est inversement proportionnelle au grossissement. Cela signifie qu’une lunette grossissant douze fois est bien plus difficile à stabiliser qu’une lunette qui grossit «seulement» six fois. D’autre part, la chasse en montagne se pratique quasiment toujours avec des jumelles, dont le grossissement évolue généralement entre huit et dix fois. Il est donc ­important de faire en sorte que le grossissement de la jumelle et celui de la lunette soient très proches, afin d’éviter à l’œil d’être trop perturbé quand il passe de l’une à l’autre. Raison pour laquelle la combinaison 3x9x40 remporte toujours un vif succès auprès des montagnards. Ce choix de lunette dont le grossissement est réglable entre trois et neuf fois propose un maximum quasiment identique à celui des jumelles. Part ailleurs, avec un diamètre de quarante millimètres, la lunette reste légère et peu encombrante.

Y a-t-il des produits qui peuvent couvrir un champ de grossissement allant de la battue au territoire de montagne très ouvert? La réponse est oui. On peut notamment citer la toute nouvelle Stratos 1,5x8x42 de Schmidt et Bender, la Magnus 1,5x10x42 de Leica, la Z6 1,7x10x42 de Swarovski, la Duralyt 2x8x42 de Zeiss, la Nighthunter Xtreme 1,6x8x42 de Steiner, l’Elite 1,25x8x32 de Bushnell ou l’Artemis 2x8x42 de Meopta (voir encadré «Deux lunettes universelles?») Au niveau des tarifs, le prix de ces différents produits évolue entre six cents et un peu plus de deux mille euros. D’autres choix existent avec des diamètres d’objectifs plus importants, cinquante et même cinquante-six millimètres. Cependant, le peu que l’on gagne au niveau de la luminosité est perdu en termes de poids, d’encombrement et surtout en termes de distance entre l’axe de la lunette et l’axe du canon. Car, plus cette distance est faible, plus la trajectoire de la balle se rapproche de celle donnée par les tables de tirs des fabricants de munitions. En effet, ces derniers donnent en général la DRO (distance de réglage optimale) pour un axe de lunette situé à quarante millimètres au-dessus de l’axe du canon.

Mouflons web

Mouflons: un grossissement de neuf à dix fois s’impose pour le mouflon plus fugitif en fin de saison de chasse.

 

Le choix d’une lunette adaptée à la montagne n’est pas toujours chose aisée. Néanmoins, le choix d’un modèle dont le grossissement évolue entre 1,5 et huit voire dix fois est à même de ne jamais décevoir l’utilisateur.

Texte et photos Daniel Girod

Une réponse

  1. meystre christian

    Article intéressant. Toutefois les lunettes présentées sont en priorité faites pour la battue eu égard à leur grand champ. il est constant que l’optique polyvalente battue approche affût tourne vers une optique de 1,5/2 à10×42 ou 50 de diamètre. un réticule lumineux s’avère propice pour le brocard des dernières minutes…
    merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.