Publicité

Sélectionner une page

Publicité

BIEN MAÎTRISER LE RECUL

BIEN MAÎTRISER LE RECUL
Le recul peut affecter fortement l’efficacité du tir avec les armes rayées… surtout s’il est aggravé par l’appréhension qu’il suscite.

Texte de Francis Grange

 

Le recul débute dès que la balle quitte la douille de la munition et il atteint son pic lorsqu’elle sort du canon. Excessif, il déstabilise l’arme et il nuit donc à la précision du tir, phénomène encore accentué par l’inquiétude, même inconsciente, qu’il génère. Il n’est pas rare en effet d’observer sur un stand qu’un tireur utilisant une carabine de fort recul ferme l’œil avec lequel il vise au moment où il presse la détente… 

Le calcul du recul

Le recul s’exprime par la vitesse du mouvement qu’il impulse à l’arme et par l’énergie qui en découle. La vitesse traduit sa « sécheresse », la « claque » qu’il inflige au tireur ; l’énergie illustre sa « puissance », la « poussée » que subit ce même tireur. Le calcul de la vitesse et de l’énergie du recul se base sur le principe physique de la conservation de la quantité de mouvement, c’est-à-dire de la masse (en kg) multipliée par la vitesse (en m/s). La masse et la vitesse de la balle se notent mb et Vb, la masse et la vitesse des gaz issus de la combustion de la poudre mp et Vp, la masse de l’arme et la vitesse de son recul ma et Va. La conservation de la quantité de mouvement se traduit alors par :
mb x Vb + mp x Vp = ma x Va
La vitesse des gaz de la poudre Vp étant égale à environ 1,5 fois la vitesse de l’ogive, elle peut se remplacer par 1,5 x Vb. La formule devient :
mb x Vb + mp x 1,5 x Vb = ma x Va.
Ou encore (mb + 1,5 x mp) x Vb = ma x Va
Ce qui permet d’en déduire :
Va = (mb + 1,5 x mp) x Vb / ma
L’énergie du recul de l’arme (en J, joules) s’obtient ensuite comme :
Ea = 1/2 x ma x Va2.     

Quatre exemples

Les deux premiers se réfèrent à une carabine à verrou de chasse silencieuse en calibre 30-06 pesant, lunette comprise, 3,850 kg. Tout d’abord lorsqu’elle tire une balle de 11,7 g à 830 m/s, puis ensuite une ogive de 9,7 g à 900 m/s ; grâce, dans les deux chargements, à 3,4 g de poudre.
Dans le premier cas, la vitesse du recul est :
Va = (0,0117 + 1,5 x 0,0034) x 830 / 3,85 = 3,62 m/s et l’énergie Ea = 1/2 x 3,85 x 3,622 = 25,2 J.
Dans le second cas, la vitesse du recul est :
Va = (0,0097 + 1,5 x 0,0034) x 900 / 3,85 = 3,46 m/s
et l’énergie Ea = 1/2 x 3,85 x 3,462 = 23,0 J.
Le troisième exemple concerne une carabine à un coup en calibre 7 x 57R pesant 3,350 kg avec sa lunette, qui tire une balle de 8,2 g à 830 m/s au moyen de 2,7 g de poudre. Le calcul fournit alors :
Va = (0,0082 + 1,5 x 0,0027) x 830 / 3,35 = 3,04 m/s et Ea = 1/2 x 3,35 x 3,042 = 15,5 J.
Le dernier s’intéresse à une carabine à verrou de battue en calibre 300 Winchester magnum pesant 3,300 kg en visée ouverte, qui tire une ogive de 11,7 g à 910 m/s grâce à 4,6 g de poudre. Le calcul fournit cette fois :
Va = (0,0117 + 1,5 x 0,0046) x 910 / 3,3 = 5,13 m/s
et Ea = 1/2 x 3,3 x 5,132 = 43,4 J.    

Pour une arme avec lunette

Le recul d’une arme dotée d’une lunette, dont l’oculaire peut heurter l’arcade sourcilière du tireur, ne doit surtout pas dépasser 3,5 m/s de vitesse et 25 J d’énergie. Le tir n’est en outre vraiment serein que si la vitesse du recul et son énergie sont inférieures à 3,2 m/s et 20 J. Pour les deux premiers exemples, en calibre 30-06, le chargement « lourd et lent » à balle de 11,7 g altère inéluctablement le tir, alors que le « léger et rapide » à balle de 9,7 g ne l’affecte pas avec certitude, bien que cela puisse malgré tout être le cas. Dans le troisième exemple, en calibre 7 x 57R, le tir se révèle en revanche parfaitement paisible et efficient, en y ajoutant pour l’arme, grâce à sa légèreté, un grand agrément d’usage.

Pour une arme sans lunette

Avec une arme sans lunette, le seuil de recul inévitablement nocif monte à 5 m/s de vitesse et 40 J d’énergie, et la limite de confort certain à 4,5 m/s de vitesse et 30 J d’énergie. Dans le quatrième exemple, en calibre 300 Winchester magnum, où la vitesse du recul de la carabine est de 5,13 m/s et son énergie de 43,4 J, il nuit avec certitude à l’efficacité du tir. L’arme procède pourtant d’une configuration recherchée par de nombreux chasseurs… alors que la même carabine en calibre 30-06 pesant 3,250 kg, qui propulse une balle de 10,7 g à 860 m/s au moyen de 3,4 g de poudre, engendre une vitesse de recul de :
Va = (0,0107 + 1,5 x 0,0034) x 860 / 3,25 = 4,25 m/s et une énergie de Ea = 1/2 x 3,25 x 4,252 = 28,9 J
donc un tir aussi confortable qu’efficace !

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories