Comme le montrent les séan-ces de tir sur cible fixe ou sur cible mobile, le défaut majeur qui conduit à un mauvais tir provient souvent du fait que l’arme n’est pas adaptée au tireur. Pour faire corps avec le tireur, l’arme doit être en contact avec le visage, plus exactement avec la joue et la pommette. Or, on peut fréquemment constater que la crosse ne touche pas ces deux parties essentielles à la perception de l’arme. Pourtant, la conformation de la crosse à la morphologie du tireur joue un rôle essentiel dans la qualité du tir.

Le fusil conformateur
Dans les faits, il faut que la joue s’appuie à la crosse de façon naturelle, sans tordre le cou ni baisser la tête. En visée ouverte, c’est-à-dire sans optique, la bande du canon se trouve alors exactement dans l’axe de l’œil directeur. Sachant que la distance qui sépare l’œil de la ligne d’épaule n’est pas la même d’un individu à l’autre, la hauteur du dos de la crosse est forcément variable. Cependant, tout le monde ne peut pas se payer la réalisation d’une crosse entièrement personnalisée à sa morphologie. Pour cela, l’armurier dispose d’un fusil conformateur qui permet, comme chez le tailleur, d’adapter l’arme à celui ou celle qui va l’utiliser. Ce fusil très spécial permet en fait d’adapter deux paramètres de la crosse – l’avantage ou déviation latérale par rapport à l’axe des canons et la pente ou inclinaison verticale de l’axe de la crosse par rapport à celui des canons. Le premier cité permet de prendre en compte la largeur d’épaule du tireur, le second permet quant à lui de s’accommoder avec la distance qui sépare la ligne de l’œil de celle des épaules.

Deux dos de crosse différents pour la Verney-Carron Speedline.

Speed_2

Speed_1

Quand l’arme fait mal
Sans aller jusqu’à une réalisation sur mesures de la crosse, certains fabricants d’armes proposent des kits dont le rôle est de coller le mieux possible à la morphologie du tireur. C’est le cas du fabricant français Verney-Carron avec sa toute nouvelle carabine baptisée Speedline qui, comme son nom l’indique, propose une culasse linéaire. Néanmoins ce n’est pas sur cette particularité que nous allons nous attarder mais sur l’attention qu’a portée le fabricant sur le confort de tir. Pour cela, l’effort s’est concentré sur la crosse et sur le recul car, douleur oblige, rien n’est plus désagréable qu’une arme qui vous «fait mal.» En ce qui concerne la crosse, le dos est tout simplement modulable. Montée sur des petites tiges, une pièce amovible et interchangeable rend le dos de la crosse complètement adaptable au tireur. Un jeu de petites entretoises permet par ailleurs de s’adapter au millimètre près aux spécificités de l’utilisateur.

La crosse en carbone de la Sauer 404 est munie d’un dos interchangeable.

Sauer404

Le frein de bouche à trous de la Speedline.

Speed_3

Prendre en compte l’âge…
D’autre part, cette modularité présente l’avantage de tenir compte…du vieillissement du tireur! Eh oui, parfois les cervicales s’ankylosent avec l’âge! Il est alors bien agréable de pouvoir modifier les réglages sans changer de crosse. Quoi qu’il en soit, la crosse est bien conformée au tireur quand les mains, l’épaule et la joue retrouvent toujours la même prise d’une visée à l’autre. Il est donc fortement conseillé d’effectuer de nombreux essais avant de fixer son choix sur tel ou tel dos de crosse. La longueur de la crosse intervient également énormément dans l’adaptation de l’arme au tireur. Là encore, les fabricants ont bien pris en compte ce paramètre et proposent des jeux d’entretoises à disposer entre la plaque de couche et la crosse, partie de l’arme qui aura éventuellement été raccourcie auparavant pour les bras vraiment courts. Ce caractère morphologique a d’ailleurs une influence sur la longuesse. En effet, cet élément de l’arme situé au-dessous du canon doit être saisi le plus en avant possible. Comme la main repère sa position au toucher, il est préférable d’adapter la longuesse au tireur. C’est notamment le cas de Tikka qui, avec sa T3x, propose le choix entre deux longuesses différentes.

La poignée interchangeable de la Tikka T3x où l’on peut distinguer la partie mâle qui reçoit l’une ou l’autre poignée.

Tika_t3X_1

Tika_t3X_2

Quel mode de chasse?
Outre son adaptation au tireur, la crosse peut également tenir compte des modes de chasse parfois très différents comme l’approche ou la battue. Si une poignée de crosse de forme arrondie est plutôt souhaitable pour l’approche, une configuration de type pistolet s’impose pour la battue. En effet, dans ce dernier cas, la main a besoin de tenir fermement l’arme pour la diriger plus aisément. Là encore, avec sa T3x, Tikka propose un jeu de deux poignées différentes afin de mieux s’adapter à la sensibilité du tireur ou à son mode de chasse. A n’en pas douter, comme le montrent les produits récemment proposés sur le marché, les fabricants d’armes ont bien pris en compte le confort du tireur. La crosse en kit ne fait désormais plus partie des interdits, réalisme dont on ne peut que se féliciter.

 

Texte et photos Daniel Girod

2 Réponses

  1. Francine Boisvert

    serait-il possible d’avoir les parties détachées d’un fusil de chasse avec le dessin

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.