L’initiative populaire « garde-chasse au lieu des chasseurs » votée dimanche dernier à Zürich, a été rejetée massivement par la population. Diana Romande – société des chasseurs romands – interprète ce vote comme une marque de confiance importante envers les chasseurs.

L’initiative lancée par les milieux anti-chasse qui voulait remplacer les chasseurs par des gardes-chasses professionnels a été rejetée par 84% des votants. Déjà débattue par le conseil cantonal du canton de Zürich, elle avait été balayée par 165 voix contre 0, et 4 abstentions…. et n’était soutenue par aucun parti. Le peuple a donc fini de l’achever dimanche dernier dans les urnes, à la grande satisfaction des milieux cynégétiques.

Dans leurs arguments, les initiants avaient tenté de faire valoir le manque de formation des chasseurs, ainsi que le manque de considération pour le bien-être animal du système de milice en cours. Ces arguments n’ont pas été pris en considération par le souverain, qui a clairement exprimé sa volonté de s’en tenir au système actuel. Ce dernier laisse aux sociétés de chasse la responsabilité de la régulation des populations de gibier du canton.

La totalité des 166 communes a massivement rejeté l’initiative. Le non le plus virulent a été exprimé par la commune viticole d’Ossingen, avec 91,7 % de rejet.

Les initiants, évidemment déçu d’un résultat aussi claire, ont tenté de l’interpréter en évoquant le manque de temps à disposition pour faire campagne. Christian Jaques, président des sociétés de chasse de Zürich estime quant à lui l’argument peu recevable, et considère justement, que l’initiative a eu le mérite de permettre aux chasseurs de mieux informer la population sur leur rôle fondamental.

Ce vote démontre que les chasseurs et les chasseurs jouissent d’une grande crédibilité auprès de la population suisse, et que leur travail sur la nature et la biodiversité est largement reconnu. Elle confirme les résultats d’une récente enquête menée par Chasse Suisse, et qui démontrait la bonne perception de la chasse dans notre pays.

Le canton de Genève, qui pratique une chasse professionnelle depuis une votation populaire de 1974, reste ainsi l’exception Suisse. Le modèle Genevois, comme l’a récemment démontré une étude scientifique, n’est pas transposable dans d’autres territoires. Un point qui semble avoir été bien compris par tous les milieux intéressé.

La qualité de la campagne menée par les associations de chasseurs est encore à relever. Il n’est en effet pas aisé de communiquer sur un thème aussi sensible et émotionnel. Et les chasseurs Zurichois ont réussi ce défi avec Brio.

« Je relève le niveau d’excellence en matière de communication de nos amis zurichois! » a relevé de son côté le fribourgeois Pascal Pittet, président de Diana Romande. Et de poursuivre: « La précision des informations et le choix des supports modernes de communications (Internet, réseaux sociaux) ont permis ce succès qui a dépassé toutes les attentes!  »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.