Depuis de nombreuses années, le cerf et le sanglier ont rejoint le chamois, l’isard et le mouflon en haute altitude, des milliers d’ongulés sont donc désormais prélevés sur des territoires plus ou moins pentus. Cet état de fait ne va pas sans conséquences, notamment pour le tir lors duquel il est utile de prendre certaines précautions.

Que ce soit vers le haut ou vers le bas, le tir en pente positive ou négative n’obéit pas tout à fait aux mêmes règles que le tir à l’horizontale. En effet, deux facteurs interviennent sur la trajectoire de la balle. Tout d’abord l’altitude. Plus on monte, plus la pesanteur diminue. Par conséquent, la trajectoire de la balle est un peu plus tendue en montagne qu’en plaine. Néanmoins, cela ne joue pas de façon importante sur la correction à apporter à la visée. Pour la même munition, les écarts ne dépassent généralement pas 2 à 3 centimètres entre le niveau de la mer et une altitude de 2000 mètres. Par contre, l’inclinaison de la ligne de tir entre la cible et le tireur prend rapidement de l’importance dès que l’angle de tir s’approche de 30 degrés (voir encadré 30 degrés, une pente très importante). En effet, dès que l’on tire vers le haut ou vers le bas, la distance projetée sur l’horizontale est moindre que la distance visuelle entre l’animal et le tireur. En clair, quand elle atteint la cible, la balle se trouve à une position plus réduite de sa trajectoire totale.

Inclinometre_red

Loin d’être un gadget, l’inclinomètre s’avère très utile dès lors que l’on est amené à tirer en pente.

180 mètres? Non 156!

A titre d’exemple, prenons le cas d’une munition dont la DRO est réglée à 180 mètres. A cette distance, en tir à l’horizontale la balle frappe donc par définition au point visé. Supposons maintenant que le tir se fasse à 180 mètres selon un angle de 30 degrés. La distance projetée sur l’horizontale vaut donc 180  x  cosinus 30° soit 180 x 0,866, ce qui nous donne 156 mètres! La balle va par conséquent frapper plus haut que le point visé car à cette distance de 156 mètres – DRO à 180 mètres oblige –, elle se situe au-dessus du point zéro. Et ceci que le tir se fasse vers le bas ou vers le haut.

Comme son nom l’indique, l’inclinomètre a pour but de fournir des renseignements relatifs à l’inclinaison. Tout d’abord, il intègre les deux unités de mesure possibles, à savoir le mètre et le yard. D’autre part, il donne trois mesures très précises: la distance oblique, la distance réelle projetée à l’horizontale et l’angle de tir. L’utilisateur est alors à même de prendre en compte très rapidement les conditions dans lesquelles va s’effectuer le tir. Selon la munition utilisée dont il connaît la table de tir, le chasseur peut donc juger de l’opportunité d’appliquer ou non une correction à sa visée. Cependant, lorsqu’on est sur le terrain, on ne se rappelle pas forcément de la table de tir de sa munition préférée. Les fabricants ont parfaitement pris en compte cet état de fait et certains proposent des inclinomètres avec quelques tables de tir mémorisées à l’intérieur de l’appareil. Il suffit alors de choisir celle qui correspond à la munition utilisée pour connaître immédiatement la correction à appliquer si cela s’avère nécessaire. Et l’assistance numérique ne s’arrête pas là! En effet, les nouveaux inclinomètres télémètres vont être connectables afin de pouvoir enrichir ou modifier les tables de tir fournies par les constructeurs.

Harde_red

Vers le haut, mais aussi vers le bas, la balle frappe plus haut que le point visé car la distance projetée à l’horizontale est toujours plus courte que la distance oblique.

Pour le chasseur amené à tirer souvent vers le haut ou vers le bas, l’inclinomètre télémètre n’est pas un gadget. Bien au contraire, il fournit des informations qui permettent d’éviter certaines surprises, voire quelques cruelles désillusions au moment du tir.

Texte et photos Daniel Girod

2 Réponses

  1. Raymond Lonfat

    Bonjour Mr Girod, et merci pour vos explications. Je viens, suite à votre article dans la Diana, d’acquérir un inclinomètre Bushnell Gforce DX… 6×21, et comme j’ai des capacités de compréhension réduites pour ces manuels, je me permets de vous demander un conseil! Le magasin qui m’a vendu cet appareil a entré dans sa mémoire mon type de cartouche (je crois 7,65 R KS). Lorsque je pointe mon appareil en direction d’un objectif, avec un angle donné, plus je m’éloigne, plus l’indication de correction monte. Exemple, un angle fort à 200m, il indiquera par exemple + 10. A 300m avec le même angle, la donnée sera alors par exemple + 30 cm. Evidemment je ne tire jamais à cette distance (je suis la plupart du temps entre 50 et 100m c’est ma spécialité, mais l’an passé j’ai manqué par deux fois une cible à probablement 200m ou plus en forte pente). Le mode d’emploi ne me dit pas si je dois tirer plus haut de 10 cm (ou de 30…) ou plus bas de 10 c (ou de 30cm). Savez-vous comment je dois interpréter cela? Mille mercis pour votre gentillesse et patience. Raymond Lonfat, 1 rue de l’Eglise, Sion, 079 637 39 70.

    Répondre
    • Vincent Gillioz

      En fait plus on tire vers le haut ou vers le bas et plus la balle tape haut par rapport au point visé. Mais, vient s’ajouter à cela la distance! Plus on tire loin et plus la balle “baisse”! l’inclinomètre avec table de tir intégrée fait donc un “compromis” de ces corrections. La correction donnée par l’inclinomètre “favorise” la distance quand elles sont inférieures à la DRO et l’inclinaison quand on est au-delà de la DRO. En tout état de cause, vers le haut ou vers le bas, la balle tape plus haut que le point visé.

      Cordialement

      Daniel Girod

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.