Pilotée par Jean Fournier, cette 20e édition de la taxation commune de l’ensemble des trophées romands est aussi l’occasion de se faire une idée de l’évolution de la faune et de sa gestion. Les résultats détaillés ne sont pas encore rendus publics, histoire de laisser aux fédérations cantonales le soin d’informer leurs membres lors des assemblées annuelles. La publication des résultats interviendra ensuite dans la Revue.

Globalement, la taxation 2018 révèle que la cuvée 2017 peut être qualifiée de bonne. Jean Fournier précise : «Les cerfs présentés ont décroché plus de médailles d’or et d’argent que les deux années précédentes, ce qui confirme ce que je pense depuis un moment : les conditions météo du printemps ont favorisé la repousse des bois, repousse qui est directement influencée par la qualité de la nourriture à disposition.»

La table de taxation des cerfs.

Beau trophée écarté…

Les trophées sont soigneusement mesurés, pesés et évalués par les taxateurs répartis entre les tables d’examen des cerfs, chamois (mâles et femelles), chevreuils et sangliers. «Aucune tentative de tromperie n’a été constatée, mais un beau trophée de cerf a tout de même été écarté en raison du plâtre placé dans le crâne, sans doute pour faciliter sa fixation sur son support. C’est d’autant plus dommage que ce trophée était vraiment beau et que dans le cadre de la formation continue vaudoise, il y a eu un chapitre traitant de la préparation des trophées, malheureusement tout le monde n’y participe pas» a regretté Jean Fournier.

Le premier trophée tête bizarde.

Prix de la tête bizarde

Pour la première fois, Diana Romande mettait au concours un prix spécial pour une tête bizarde. Huit trophées ont été soumis à l’examen des experts. «Nous avons voté à bulletin secret, explique Jean Fournier, sur un total de trente-quatre bulletins rentrés, c’est le chasseur neuchâtelois Massimo Montemagno qui l’a emporté, il a récolté vingt-cinq voix pour un magnifique brocard à perruque.»

La perruque – ou la mitre – chez le brocard provient d’une atrophie testiculaire due à la maladie ou à un accident qui provoque une déficience permanente de la sécrétion d’hormones mâles. On observe ensuite un développement anarchique sous le velours d’une masse osseuse importante et perlée, la perruque ne tombe pas, contrairement au trophée normal.

Un trophée de sanglier.

Vingt ans et 3546 trophées

En vingt ans de taxation, ce sont 3546 trophées qui ont été examinés : 1170 provenaient du Valais, 830 du canton de Vaud, 606 de Fribourg, 480 de Neuchâtel et 460 du Jura.

«C’est en 1998, que les cantons du Valais, de Vaud et de Fribourg ont décidé de procéder à une taxation groupée. Le Jura y a adhéré en 2001 et Neuchâtel en 2002.»

Pierre Noverraz et Jean Fournier : vingt ans de taxation.

Depuis le début, un des taxateurs, Pierre Noverraz, a assuré un rôle central, qui lui a valu les applaudissements de tous les taxateurs. Au moment de lui remettre un cadeau souvenir, Jean Fournier confiait : «Dès le départ, il a accepté d’établir les classements grâce à un programme qu’il a créé et amélioré en fonction des travaux et des besoins de la commission… Cette année, il nous a fait part de son intention de vouloir céder sa place. Il sera remplacé par le Valaisan Michel Bonvin, qui a déjà fonctionné à ce poste et qui pourra encore compter sur Pierre pendant un an. D’autre part, en ce moment, deux autres personnes connaissent aussi le système, ce qui est important en cas de défection. Il s’agit de Christian Jaquet et Daniel Piquilloud.»

La relève est donc assurée.

Texte et photos Jean Bonnard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.