Cette notion fait la une de tous les médias et dans tous les continents. La Suisse n’est pas en reste. Que ce soit de gauche ou de droite, l’extrémisme devient un tremplin politique mais en même temps suscite la crainte car il entraîne obligatoirement l’exclusion. Exclusion de ceux qui ne partagent pas les idées ou dont le comportement ne rentre pas dans le moule. C’est faire fi du respect des différences! L’histoire est chargée des méfaits des extrémismes! S’échapper de ces philosophies qui pourrissent le monde? Un rêve que je croyais réalisable en m’évadant en nature, en montagne, dans les alpes. Eh bien non! La triste réalité gangrène jusque dans les plus belles merveilles de la création.

Un article publié dans la revue du Club alpin suisse Les Alpes de décembre 2016 me fait frémir. Moi qui croyais que les vrais montagnards faisaient partie d’une race pour qui les vraies valeurs avaient encore un sens, je tombe assis. La chasse fait partie des nécessités de régulation. L’alpinisme, les randonnées, entrent dans le cadre du besoin de découvertes, de défis, de moyens d’évasion, de chemins pour respirer le grand air et préserver sa santé des pollutions citadines. L’alpiniste, s’il veut éviter de mauvaises surprises, doit respecter la montagne et ses dangers. J’adorais lire le magazine Les Alpes. Il m’apportait cette part de rêve qu’enfant je ne pouvais pas encore tenter de réaliser en vrai. J’avais l’impression, en lisant les divers récits, de participer pleinement à ces excursions en haute montagne. Ensuite, j’ai toujours remarqué une certaine complicité entre chasseurs de haute montagne et alpinistes ou randonneurs, chacun respectant l’activité de l’autre. Mais voilà, tout change! «Chasseurs, loin de nos cabanes», tel est le titre d’une prise de position totalement malhonnête, pour ne pas dire plus, de la part d’un alpiniste, certainement imbu de lui-même puisque incapable de partager un hébergement ou un repas dans la même pièce qu’un chasseur. Depuis quand le CAS cautionne-t-il ces pratiques barbares venues d’un autre temps? «Loin de nos cabanes ces esbroufeurs.» Ce n’est pas moi qui le dis, mais l’auteur de cet article infâme. Il jette le discrédit sur les gardiens de cabanes et sur l’ensemble des montagnards qui heureusement ne partagent pas tous son avis. Je croyais l’extrémisme réservé à un certain monde politique! Hélas, l’exclusion gagne le monde pur des alpes. Et l’exclusion est bien plus ignoble que la régulation.

Chasie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.