L’aménagement d’une ligne de tir conforme aux exigences fédérales s’inscrit dans un processus démarré il y a deux ans entre la FCN (Fédération des chasseurs neuchâtelois), les autorités cantonales, la société de Tir au vol de Pierre-à-Bot et la société de chasse Le Chamois. «Un processus exemplaire en terme collaboration de toutes les parties» se réjouit Jean-François Sunier, président de la FCN. Et de poursuivre : «Nous avons la chance d’entretenir d’excellentes relations avec notre conseiller d’Etat Laurent Favre, de même qu’avec l’inspecteur cantonal de la faune Christophe Noël. Tous deux ont apporté de précieuses aides, sans jamais chercher à nous mettre les bâtons dans les roues.»

Obtenir mandat

La nécessité de disposer d’une ligne de tir moderne s’est révélée lorsque la loi a imposé le passage d’examens périodiques de sécurité. Il était impensable pour les chasseurs de laisser cette question partir dans les mains du privé. La FCN a donc pris le dossier en main, afin de proposer à ses membres un système approprié aux besoins et au fonctionnement de tous les chasseurs. «Notre objectif a été de garder la maîtrise des examens de tir, explique encore le président. Certains, notamment parmi nos anciens, peuvent être stressés par l’idée d’un test officiel. Il était important de créer un contexte et des conditions favorables, pour que tout le monde soit à l’aise. Ceci dit, nous restons supervisés par le SFFN (Service de la faune, des forêts et de la nature), et chaque chasseur doit véritablement répondre aux exigences fédérales.»

La table permet tant aux droitiers qu’aux gauchers de tirer confortablement.

Chantier important

Une fois la reconnaissance des autorités obtenues, il a fallu monter le projet techniquement, financièrement et administrativement. La commission de tir, présidée par Michaël Perrin, a mené la partie technique et administrative, en collaboration avec Claudio Zucchet de la société de Tir au vol de Pierre-à-Bot. «Il a bien fallu balayer quelques vieilles histoires pour repartir sur des bases saines, confie Michaël Perrin. Mais nous avons tout de suite tiré à la même corde, afin d’apporter des solutions à toutes les questions.»

Le comité de la FCN s’est quant à lui chargé de trouver les fonds. «Nous avons fait appel aux fédérations du canton. Le budget de départ était de 100 000 CHF. Tout le monde a répondu présent, en fonction de ses capacités financières. Nous prévoyons de rembourser les emprunts en dix ans, avec intérêt. Les plus gros investisseurs resteront intéressés au chiffre d’affaires après cette période.»

Côté technique, un inspecteur fédéral, capitaine de l’armée, a fixé les exigences environnementales et de sécurité, alors que l’autorisation de construire a relevé du Canton. Le chantier qui a débuté au printemps 2018 était pratiquement terminé en septembre. «Nous sommes tous des gens de métier et entrepreneurs. Nous savons mener des projets, et du coup, ça s’est globalement très bien passé.»

Les cibles sont équipées du système Loma, avec répétiteur sur tablette à côté des tireurs.

Lieu de rêve

Aujourd’hui, tout est opérationnel, et chacune des installations peut être utilisée simultanément avec les autres : le parcours de chasse, le tir au vol, le lièvre, et le tir à 100 m. La société du Tir au vol dispose de locaux qui servent de club-house, et également de salle de formation pour les jeunes chasseurs. Un lièvre, ainsi qu’un sanglier sur rail sont encore en projet, dès que des fonds seront disponibles. Situé à moins de dix minutes du centre-ville de Neuchâtel, le site de Pierre-à-Bot ne génère aucune nuisance pour le voisinage qui est éloigné. Il est dès lors possible de tirer jusqu’à 20 heures, une aubaine pour les usagers. Au niveau technique, la ligne à 100 m est équipée des dernières technologies, avec système Loma et répétiteur sur des tablettes à côté des tireurs. La société BAUR de Saint-Aubin a fourni et installé le matériel technique. Une caméra permet encore d’analyser précisément les tirs depuis l’écran situé à côté des postes. Une des deux tables est aménagée pour les tireurs droitiers et gauchers. Tout a été réalisé avec soin, et le stand est autant adapté à l’entraînement qu’à la formation, et aux examens.

Jean-François Sunier espère bien, avec un pareil outil, motiver des chasseurs d’autres cantons à venir réaliser leurs tirs ici. «Le prix est identique pour tous ceux qui font partie d’une société de chasse. Nous disposons d’une très bonne situation, avec vue sur les Alpes.» Un argument qui ne devrait pas manquer de faire mouche auprès des chasseurs romands.

Infos pratiques 

Prochains tirs d’attestation de sécurité CSF : les samedis 16 et 30 mars, 13 avril, 4 et 18 mai, 1er, 22 et 29 juin, de 8 h à midi et de 13 h 30 à 17 h 30. Infos et réservations auprès de Michaël Perrin tir@chasse-neuchatel.ch.

Tarifs

Tir à balle : 50.–. Tir à grenaille : 50.–. Tir combiné balle et grenaille : 90.–. Passe supplémentaire balle ou grenaille : 25.– / passe. Personne non affiliée à une société de chasse :150.– taxe de base.

Autres infos : www.tirauvol.ch ou chasse-neuchatel.ch.

Texte et photos Vincent Gillioz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.