Des carrefours, des croisements, des chemins qui s’entortillent, sans parler des labyrinthes, la vie de tout un chacun en est parsemée. A tous moments, des choix s’imposent et parfois ils sont cornéliens. Plusieurs routes s’ouvrent devant nos pas et les balisages ne sont pas toujours de dernier cri. Mais une fois la voie adoptée, il faut poursuivre car engager la marche arrière écornerait la crédibilité personnelle envers autrui, même si parfois le retour aux bases confirmées permettrait de corriger une position empruntée par erreur. Prendre le temps de la réflexion avant de préférer persister sur un chemin déjà engagé ou changer de direction pour favoriser un autre reste un élément de garantie au moment du choix. Généralement, deux principes s’affrontent. Le choix de la solution de facilité ou celui de la difficulté. Les résultats de l’un ou de l’autre sont à long terme foncièrement différents. La facilité, dictée par un manque d’audace ou par la peur de ne pas ménager la chèvre et le chou, se traduit par l’ouverture de brèches dans lesquelles les opposants s’engouffrent sans scrupule. Elle oblige fréquemment un changement de direction provoqué par la crainte de ne pas plaire à ceux qui contestent la légitimité du parcours entrepris. C’est alors que l’aura escomptée se voit vite remplacée par les critiques de ceux qui voient les fondamentaux s’envoler pour disparaître et ne pas revenir avant longtemps. Dans le monde moderne, toutes les légitimités sont remises en question. On le constate dans tous les secteurs, que ce soit économique, politique ou tout simplement dans le fonctionnement de la société humaine. Maintenir les assises élaborées au fil des années par les accumulations d’expériences entre de plus en plus dans le domaine des difficultés. Cela exige du courage, de l’analyse et de la conviction. Cela demande d’oser. Oser dire, oser écrire, oser informer, oser convaincre en préservant cependant les formes de la courtoisie élémentaire. Evidemment que les résultats ne sont pas toujours satisfaisants mais au moins les débats ont lieu et la crédibilité reste appréciée. La chasse ne fait pas exception. Elle se trouve continuellement à la croisée des chemins: celui de lâcher du lest pour faire plaisir à nos détracteurs en vivant sur l’illusion que cela calmera leur appétit, ou celui de défendre notre légitimité en affirmant nos compétences de gestion fondées sur les observations et les expériences réelles dans le terrain.

Chasie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.